Fiche pratique : la taille

Photo de mauvaise taille Murier

La taille des arbres


Activité effectuée à l’origine pour le bon développement de l’arbre, par les propriétaires de l’arbre ou par des pros. On voit souvent pourtant de nombreuses mal façons : voir photos ci après ! Coupes à la mauvaises périodes provoquant des brulures ou des gerçures dues au gel, coupe sur gros diamètre, non respect des angles de coupes, ni des emplacements, etc.

Voici un exemple de mauvaise taille (répétée, en plus) :


Mais que dire de la taille ?    

1. Déjà, non, elle n’est pas obligatoire. Absolument pas. Pour aucun arbre/végétal. Les arbres supportent très bien (et bien mieux d’ailleurs) de ne pas être taillé.    

2. La taille sert en agriculture pour augmenter la quantité de fleurs et de fruits, ou de bois pour la rentabilité des ventes. Les arbres sont changés régulièrement (différentes espèces, sur différents champs et des rotations). Ces ‘changements’ sont fait car les arbres s’épuisent d’autant plus vite, et épuisent aussi le sol.    

3. Les plaies de taille sont des entrées aux maladies, et faites à la mauvaise périodes, elles peuvent en plus avoir un impact sur la floraison, la fructification, mais aussi le développement des racines (par les hormones contenues dans les bourgeons). 🍃   

4. Les tailles drastiques mettent également en danger les charpentes et les réserves de l’arbre. Des forts coups de gel ou de soleil (et oui ! Des brûlures comme les nôtres !) peuvent nuire très fortement à l’arbre. 


Mais alors, pourquoi est ce fait comme ça ? Comment faire autrement ? 

Exemple de mauvaises tailles anciennes répétées sur un Micocoulier

Pourquoi la taille actuelle est elle comme ça ?


1. Nous relevons là des problèmes propres au métier, mais aussi des phénomènes de société classique. On vit à une époque de contrôle, de maîtrise, de puissance. L’humain peut tout contrôler, alors il s’y donne à cœur joie.

Des pros comme des particuliers, taillent simplement par ce qu’on leur a dit qu’il fallait le faire. Oui, dans les champs, pour la production… Pour l’ornement c’est différent… Et puis si le seul outil était la scie, il y aurait bien moins de taillée et bien plus de réflexions qu’avec des outils thermiques, ou électriques,…    

2. Les niveaux de formations des pros sont de plus en plus bas, nous apprenons en BTS ce que nous apprenions avant en BAC Pro, alors le niveau des Bac pro et Cap baisse lui aussi énormément. .. (dixit de nombreux professeurs). Et nous sommes la première génération à avoir un QI plus bas que la génération d’avant… Ça promet, côté pros ou non !     

3. Tout le monde « sait faire » le #jardin, par ce que le grand père faisait come ça, par ce que nous voyons ça partout, par ce que ça a toujours été fait comme ça…. Mais tout cela n’est pas forcément le fruit d’une étude sérieuse sur la santé de l’arbre, ni d’une formation de qualité …    

4. De nombreux clients persuadés de savoir faire font, ou impose de faire. Les professionnels ayant besoins comme tout le monde de régler leur factures ne peuvent pas nécessairement se permettre de refuser… Ce qui fait que ce cercle vicieux continue…. Encore et encore.  

5. Les mauvaises plantations (qualité du sol, disponibilité racinaire, choix du végétal et du plant) amènent, entre autre à des descente de cimes, et donc des tailles horribles sur un arbre mourant.    

6. Et surtout. Les problème de mauvaises tailles, viennent de mauvaises conceptions. Quand nous plantons 2 Mûriers platanes (qui vont aisément atteindre 5/6m de large chacun) sur un espace de 8m de long…. Bah surprise ! Ça rentre pas… Alors nous massacrons par ce que ça va sur la route, chez le voisin, dans la fenêtre…. Etc.


Comment faire autrement ?  Quelles solutions alors ?     

Exemple de mauvaises tailles répétées sur deux Muriers

Les solutions pour augmenter la qualité des tailles

1. Faire des conceptions qui prennent en compte le développement des végétaux (il faut bien entendu les connaître pour ça). Et leur développement sur le long terme, pas à 1 an ou 2 après la plantation, penser à 10, 20 ans après, on pourrait même penser à plus : 100, 200 ans, par ce que les végétaux pourraient encore largement être là à ce moment là, et procurer ces sensations folles que nous avons dans les parcs avec ces arbres centenaires….    

2. Faire un maximum de pédagogie avec tout le monde, pros et particuliers, collectivités et architectes etc. Les arbres (et végétaux en général) se développent. C’est un fait. Bien les planter (emplacement, sol, choix d’espèce.. ) représentera des gains économiques et temporels d’entretien. L’argent et les agents pourront être mis ailleurs à gérer de vrais problèmes.     

3.Expliquer aux clients qui « savent faire » que nous pouvons progressivement passer à une taille de meilleure qualité, à repenser au fur et à mesure l’entretien pour aller vers une meilleure gestion et une meilleure santé des végétaux.    

4.Quand nous le pouvons, refuser de faire ce travail là, qui va à l’encontre des valeurs du métiers, et de la plante, en expliquant précisément et gentiment pourquoi…

Vous avez souvent vu ces tailles là ? Qu’en pensez vous ? Comment taillez vous ? 

Photo d’un TIlleul chanceux, non taillé. Manque t il de régularité ? De densité ?

Voir la Petite Réflexion sur les haies, dont le sujet se rapproche de celui ci !

Pour savoir quelle dimensions et quels besoins à votre arbre une application est disponible : TreeEbb



Besoin de conseil ? Envie de parler de votre jardin avec une professionnelle ? Contactez HQE Paysage !

Catégories

2 réponses

  1. Super article, il est bien vulgarisé afin que tout le monde comprennent. Ayant fait des études de Paysage, je suis sensible à ces sujets abordé et même si je ne suis plus tout à fait dans le milieu j’ai toujours souhaité y sensibiliser les gens (les particuliers mais même certains pro qui ne s’en soucis pas vraiment, pour des raisons comme cité dans l’article au dessus), ce sera donc un plaisir pour moi de le partager. Bonne continuation HQE!

    1. Merci pour votre commentaire ! En effet vulgariser les sujets permet de les ouvrir à tous, et si cela peut faire évoluer les mentalités vers plus de respect du vivant, c’est tout gagné ! Merci à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *